Perspectives croisées

Perspectives croisées :

Suggestions de lecture des « Maximes et Intermèdes » (Par-delà bien et mal, IV)

 

I. Wienand, E. Bermejo, G. Chappuis, S. Dascal, Ph. Mills, F. Muehlemann, C. Pahlisch, J. Sitar, A. Till.

Résumé : « Maximes et intermèdes » constitue le quatrième chapitre de Par-delà bien et mal. Il s’agit d’un recueil de 125 aphorismes qui a donné lieu à de rares et brèves analyses dans la Nietzsche-Forschung. La question à laquelle tente de répondre cet article collectif est de savoir si et dans quelle mesure ces Sprüche und Zwischenspiele participent de manière déterminante à l’intelligibilité de l’œuvre que Nietzsche publie en 1886.

Les huit contributions de l’article s’organisent en trois parties. La première partie est consacrée à la fonction du recueil aphoristique (2.1), au titre de celui-ci (2.2) et à la forme de la maxime (2.3). La deuxième partie regroupe trois études thématiques : l’amour (3.1), la dimension poétique (3.2) et la visée pratique du recueil (3.3). La troisième partie propose un commentaire textuel des maximes § 68 (4.1) et § 106 (4.2).

Le tremblement de terre de Nice

Une source inédite de Nietzsche : Guy de Maupassant

M. C. Fornari, G. Campioni

Résumé : Cet essai découvre une source inédite de Nietzsche : les articles de Guy de Maupassant dans Gil Blas, journal que Nietzsche lisait pendant son séjour à Nice, en février 1887. Sa connaissance de Maupassant journaliste est indiquée par des coupures de journal que Nietzsche joignait dans ses lettres à sa famille et à ses amis. Nietzsche avait la possibilité de consulter le journal parisien, parmi d’autres revues, dans la Librairie Visconti de Nice, centre vivace de diffusion de la presse nationale et étrangère.

Nietzsche. Les textes sur Wagner


Que désigne exactement « ImageTextesWagnerWagner » sous la plume de Nietzsche ? Un problème authentiquement philosophique, et non un simple ensemble de considérations biographiques, si l’on en croit l’affirmation que « le philosophe n’est pas libre d’ignorer Wagner ». Et un problème à l’enjeu suffisamment crucial pour accompagner le parcours de Nietzsche depuis son premier ouvrage jusqu’à ses textes de 1888. Mais quelle est la nature de l’interrogation à laquelle renvoie ce vocable, qui donne lieu à un corpus à part entière au sein de son œuvre ?

Consulter le sommaire

Commander cet ouvrage

Pour citer cet ouvrage : Nietzsche. Les textes sur Wagner, sous la direction de C. Denat & P. Wotling, Reims, Editions et presses de l’université de Reims (Épure), coll. Langage et pensée, 2015.

Aurore, tournant dans l’œuvre de Nietzsche ?

ImageAurore,tournantNietzsche

Aurore embarrasse manifestement les commentateurs, qui ne lui ont prêté que peu d’attention. En 1888, Nietzsche le présente pourtant comme un livre clé : celui de l’accession à la maturité, celui qui marque un tournant décisif dans son parcours: « le commencement de mes commencements ». Quel est donc l’apport de ce texte si longtemps délaissé ? Aurore serait-il donc avant tout le livre d’une conquête ? Le livre dans lequel Nietzsche devient véritablement Nietzsche ?

 

 

Consulter le sommaire

Pour citer cet ouvrage : Aurore, tournant dans l’œuvre de Nietzsche ?, sous la direction de C. Denat & P. Wotling, Reims, Editions et presses de l’université de Reims (Épure), coll. Langage et pensée, 2015.

Les hétérodoxies de Nietzsche. Lectures du Crépuscule des idoles

 

Hétérod. N. Lectures CId

Le Crépuscule des idoles occupe une position particulière dans l’œuvre de Nietzsche. Conçu par ce dernier comme « une parfaite introduction d’ensemble à ma philosophie », il se veut l’antichambre du renversement des valeurs que présentera L’antéchrist, entreprise qui constitue désormais la tâche essentielle du philosophe. Mais loin de se réduire à un bilan, le Crépuscule des idoles s’avère aussi être un texte novateur, prolongeant fréquemment les conclusions antérieures, introduisant des problèmes originaux, et soulignant l’unité du parcours nietzschéen. Issu d’une collaboration internationale rassemblant de nombreux spécialistes de Nietzsche, le présent ouvrage se propose de faire le point sur la spécificité et les objectifs de ce livre complexe.

Consulter le sommaire

Pour citer cet ouvrage : Les hétérodoxies de Nietzsche. Lectures du Crépuscule des idoles, sous la direction de C. Denat & P. Wotling, Reims, Editions et presses de l’université de Reims (Épure), coll. Langage et pensée, 2014.

Letture della Gaia scienza / Lectures du Gai savoir

ImageLecturesGaiSavoir

Testo e trama di una rinascita personale e filosofica, compendio di una maturazione che già si presenta come svolta cruciale nel pensiero occidentale, luogo di una polemica sorprendentemente serena, gaia, esemplare, libera dal risentimento, illuminata dal sorriso della sagezza e consapevole portatrice della passione della conoscenza, la Gaia scienza spicca nella produzione di Nietzsche per la sua complessità e per la sua richezza, per la sua pregnanza tutta terrena, per la sua profondità e la sua finezza analitica.

All’interpretazione di questa grande opera nietzscheana è stato consacrato il primo Convegno internazionale del GIRN, tenutosi a Reims il 12 e il 13 marzo 2009 col titolo Lectures du Gai savoir / Letture della Gaia scienza. Il volume raccoglie l’ampio spettro tematico degli interventi presentati e discussi nel corso delle giornate di studio.

Télécharger le sommaire

Commander cet ouvrage sur le site des éditions ETS

Pour citer cet ouvrage : Letture della Gaia scienza / Lectures du Gai savoir, a cura di G. Campioni, Ch. Piazzesi, P. Wotling, Pisa, Edizioni ETS, 2010.

« Was alles Liebe genannt wird »

 Amore, idealezzazione e uso linguistico in Fröhliche Wissenschaft, § 14 come esempio di esercizio pre-genealogico

Ch. Piazzesi

Résumé : Cette étude se propose d’analyser le paragraphe 14 du Gai savoir, très peu commenté dans le cadre de la Nietzsche-Forschung. On vise à mettre en évidence le caractère d’exercice pre-généalogique de ce texte : à partir de son titre (Was alles Liebe genannt wird), le paragraphe 14 opère la dissolution d’une unité linguistique apparemment non problématique (Liebe, amour), en mettant à jour les pulsions, les besoins et les jeux de nomination stratégique qui se cachent au dessous de l’usage linguistique. Avec l’unité de langage, ce geste dissout également celle de l’expérience : la psychologie fondée sur cette ‘grammaire’, et le sujet qui en est porteur, se trouvent mis en question.
On procèdera ainsi à 1) une analyse détaillée du texte de FW, § 14, supportée par une double digression sur la notion de Habsucht et sur l’influence de Stendhal sur la conception nietzschéenne de l’amour ; 2) un examen du propos généalogique-critique qui anime le texte, mis en oeuvre de manière performative; 3) un examen des résultats de cette action critique et des nouveaux horizons de création qu’elle déploie.