L’ANTECHRIST. Traduction, présentation et notes d’Éric Blondel

Friedrich Nietzsche — L’antéchrist

Nouvelle édition. Traduction, présentation et notes d’Éric Blondel.

     Dans L’Antéchrist, au titre volontairement équivoque, le Christ est étrangement épargné, tandis que la charge vise les « chrétiens ». Le christianisme, dit Nietzsche, est une invention de l’apôtre Paul, qui falsifie la « bonne nouvelle » du Christ pour en faire une « foi  », le « mensonge sacré » d’une morale de la négation de la vie sous le symbole de la Croix : « Ce qui est chrétien, c’est la haine contre l’esprit, contre la fierté, le courage, la liberté, le libertinage de l’esprit ; ce qui est chrétien, c’est la haine contre les sens, contre les joies des sens, contre la joie tout court… »

     Bien plus qu’un pamphlet antireligieux et anticlérical, ce livre est une critique implacable et une généalogie de la morale, des idéaux du prêtre ascétique, de la « foi ». Ces croyances, selon Nietzsche, persistent dans l’athéisme des « libres penseurs », et le « christianisme » se survit dans les « idées modernes », la foi dans la morale, la « vérité », le progrès, l’esprit de troupeau.

     Nietzsche, sans le connaître véritablement, y inclut ce qu’il appelle « socialisme », qui escamote la réalité pour lui substituer des idéaux négateurs, grégaires, moralisateurs et nationalistes inspirés par la « volonté de vengeance » des « faibles ». Cet avatar du « christianisme » fait étrangement songer à ce qu’on appelle aujourd’hui populisme ou fascisme.

 

Paris, Flammarion

Avril 2022

276 pages

ISBN : 9782080278029

 



Citer ce billet
Patrick Wotling (2022, 29 mai). L’ANTECHRIST. Traduction, présentation et notes d’Éric Blondel. GIRN. Consulté le 18 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/p245

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.