LE CAS WAGNER – NIETZSCHE CONTRE WAGNER. Traduction et édition d’Éric Blondel

Nietzsche — Le Cas Wagner – Nietzsche contre Wagner.

Traduction et édition d’Éric Blondel

Édition complétée et corrigée

 

    Nietzsche, qui a aimé Wagner, qui a considéré que les autres musiciens, face à Wagner, n’entraient pas en ligne de compte, intente au compositeur un étrange procès posthume. Pourquoi ces oeuvres de polémique qui semblent être des règlements de comptes ? C’est que Nietzsche ne pose pas un simple problème individuel, mais un problème de civilisation. Dans son tableau généalogique, Wagner est devenu un symptôme de maladie de la culture, un héraut de la décadence. S’il est à combattre, ce n’est pas en tant que personne, mais en tant que paradigme de ce qui séduit au détriment de la vie : l’art wagnérien, qui fait du « Beau » un narcotique, un remède nihiliste contre la douleur tragique de la vie, et qui en cela symbolise la religion platonico-chrétienne, séduit en faveur de la mort.

     Ainsi, Nietzsche énonce sur le compositeur – comme cas musical, cas de civilisation, cas médical et cas judiciaire – un verdict de condamnations multiples. Il est vrai que ce cas est intéressant pour un Nietzsche musicien, généalogiste, médecin, psychologue, procureur de la décadence et, en premier lieu, ou en dernière instance, avocat de la vie.

Paris, Flammarion, coll. GF

Novembre 2023

ISBN : 9782080436092

256 pages



Citer ce billet
Patrick Wotling (2024, 14 janvier). LE CAS WAGNER – NIETZSCHE CONTRE WAGNER. Traduction et édition d’Éric Blondel. GIRN. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vkys

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.