ECCE HOMO. Traduction et édition d’Éric Blondel

Nietzsche — Ecce Homo.

Traduction et édition d’Éric Blondel

Édition complétée et corrigée

      Ecce homo : « Voici l’homme. » Parole prononcée par Pilate quand il présente à la foule celui qu’elle réclame afin de le juger et de le mettre à mort : Jésus de Nazareth. Reprenant cette phrase, déclarant qu’il n’est qu’un homme, Nietzsche se met à la place de Jésus, c’est-à- dire à la place d’un fondateur de religion, d’un prophète ouvrant une nouvelle ère pour l’humanité. Mais, puisqu’il n’entend pas passer pour Dieu ni pour le roi des Juifs, il soutient qu’il est moins un Messie qu’un homme proposant à l’humanité de nouvelles valeurs, lesquelles doivent se substituer à celles, bi-millénaires, du christianisme : après Jésus et contre la « morale chrétienne », proposer un « cinquième évangile ».
     Dans cette fausse autobiographie, ce traité de non-morale, ce récit apocryphe, la dernière œuvre avant son effondrement dans la folie, Nietzsche se fait délibérément parodique, insolent, scandaleux et philosophiquement attentatoire. Mais, au-delà du blasphème, et par-dessus les relents pathologiques de la « morale chrétienne », il laisse surtout à ceux qui viendront après lui un hymne véritable à la valeur suprême : la belle humeur.

 

Paris, Flammarion, coll. GF

Novembre 2023

ISBN : 9782080436085

288 pages



Citer ce billet
Patrick Wotling (2024, 14 janvier). ECCE HOMO. Traduction et édition d’Éric Blondel. GIRN. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vkyt

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.