Humain, trop humain et les débuts de la réforme de la philosophie.

« Ma nouvelle philosophie » : c’est en ces termes que Nietzsche évoque en 1878 les réflexions développées dans Humain, trop humain. Manifestation du « grand affranchissement » que Nietzsche dit avoir su accomplir à cette époque, mais aussi « mémorial d’un dressage rigoureux du moi » selon Ecce Homo, cet ouvrage se caractérise en effet par l’apparition d’une méthode et de modes d’investigation nouveaux (une « méthode historique », une enquête de nature « psychologique ») qui permettent à son auteur d’approfondir le questionnement déjà amorcé par ses ouvrages antérieurs. Témoignant à la fois de la continuité de la réflexion nietzschéenne, et de la réforme de sa mise en œuvre effective à partir de 1878, Humain, trop humain apparaît comme un moment déterminant du développement de la philosophie de Nietzsche, dont le présent volume collectif s’attache à étudier la spécificité.

 

Consulter le sommaire

Pour citer cet ouvrage : Humain, trop humain et les débuts de la réforme de la philosophie, sous la direction de C. Denat & P. Wotling, Reims, Editions et presses de l’université de Reims (Épure), coll. Langage et pensée, 2017.

 



Citer ce billet
Patrick Wotling (2017, 10 juillet). Humain, trop humain et les débuts de la réforme de la philosophie. GIRN. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/p23d

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.