Humain, trop humain et les débuts de la réforme de la philosophie.

« Ma nouvelle philosophie » : c’est en ces termes que Nietzsche évoque en 1878 les réflexions développées dans Humain, trop humain. Manifestation du « grand affranchissement » que Nietzsche dit avoir su accomplir à cette époque, mais aussi « mémorial d’un dressage rigoureux du moi » selon Ecce Homo, cet ouvrage se caractérise en effet par l’apparition d’une méthode et de modes d’investigation nouveaux (une « méthode historique », une enquête de nature « psychologique ») qui permettent à son auteur d’approfondir le questionnement déjà amorcé par ses ouvrages antérieurs. Témoignant à la fois de la continuité de la réflexion nietzschéenne, et de la réforme de sa mise en œuvre effective à partir de 1878, Humain, trop humain apparaît comme un moment déterminant du développement de la philosophie de Nietzsche, dont le présent volume collectif s’attache à étudier la spécificité.

 

Consulter le sommaire

Pour citer cet ouvrage : Humain, trop humain et les débuts de la réforme de la philosophie, sous la direction de C. Denat & P. Wotling, Reims, Editions et presses de l’université de Reims (Épure), coll. Langage et pensée, 2017.